Comment éviter le burn-out quand on est épuisé ?

Si vous connaissez un état de stress, alors lisez notre article pour éviter le burn-out.

 

La fausse fatigue


Bien souvent, la fatigue cache autre chose. Les troubles du sommeil sont de plus en plus présents, l’asthénie matinale prend place dans votre vie, sans parler du désintérêt pour tout ce qui vous entoure . Cette fatigue reflète surtout un état émotionnel de lassitude, d’abattement, de démotivation. Cela ressemble à de la dépression. Ce sont surtout des signes d’épuisement, qui ressemblent grandement à la dépression.


Prendre soin de son corps


Tout d’abord vous devez comprendre qu’il est temps de prendre soin de vous et d’écouter votre corps.


Connectez-vous à vos sensations, à votre corps, c’est un raccourci pour retrouver de l’énergie et sortir de la spirale du cerveau qui tourne en boucle. Vous découvrirez que les signaux qu’il vous envoie sont clairs et simples. Les prendre en considération, c’est apprendre à libérer toute l’énergie de votre corps, en évacuant les tensions, en retrouvant un sommeil réparateur et une légèreté.


Recentrez-vous sur vous-même et recherchez l’accompagnement dont vous avez besoin, selon la gravité de vos troubles : médical, médecine alternative (sophrologie, hypnothérapie, shiatsu), sans oublier les conseils nutritionnels et l’exercice physique.


Faites preuve de discernement, ressentez vos sensations intérieures, c’est le premier pas pour vous préparer à agir.


Ralentir


La première chose à faire quand on est en surchauffe est d’appuyer “pause”. Malheureusement, c’est la dernière chose à laquelle on pense ! Continuer sa course effrénée vous conduira droit dans le mur. Le burn-out se révèle souvent comme cela : un matin, on ne peut plus sortir de son lit.


L’idée de prendre du temps peut vous sembler une perte de temps, malgré les signaux d’alarme de votre corps. Cependant, c’est souvent la première chose à faire. Capucine en a pris conscience, elle a pris rendez-vous avec son médecin qui a décidé de l’arrêter. Au moment d’entendre les mots “arrêt maladie”, Capucine est au bord des larmes. Elle a l’impression de reculer, de ne pas être efficace et utile. En plus, elle culpabilise vis-à-vis de ses collègues.


Poser ses limites


Les personnes qui connaissent l’épuisement professionnel ont souvent une relation toxique avec leur travail.


Elle ont tendance à se surinvestir et à ne jamais oser dire non.

Depuis l’enfance, elles ont une peur bleue de mal faire et d’exprimer leur opinion.

Aussi, on peut leur confier beaucoup de missions, elles sont incapables de refuser, ce qui les conduit à la surchauffe.


Elles doivent apprendre à repérer leurs besoins et à les faire passer au premier plan. Pour ne plus s’oublier. Pour apprendre à se donner la priorité. Cela implique un vrai travail sur soi pour apprendre à dire non. Non aux autres = oui à soi.


Tester et améliorer


Retrouver son équilibre implique de tester une nouvelle relation avec son travail pour trouver les leviers qui sont importants pour vous.


C’est différent pour chacun, cela peut concerner le temps de travail, les horaires, les trajets, la manière de conduire ses missions, les relations professionnelles, etc.

L’introspection vous permettra de mieux vous connaître afin de repérer quelles sont vos priorités. Après cela, vous devrez trouver les ajustements nécessaires dans votre quotidien pour retrouver l’équilibre. Enfin, vous aurez certainement besoin de communiquer avec votre manager pour mettre en place ces réglages.


L’équilibre parfait n’existe pas car il change chaque jour, alors dites-vous que vous poursuivrez cette recherche d’équilibre, comme une gymnastique personnelle pour vous sentir bien. Nous avons mis au point une méthode pour éviter le burn-out, prenez rendez-vous pour savoir si elle peut vous aider.





4 vues0 commentaire