Les 6 points qui caractérisent l’hypersensibilité, les clés pour se sentir bien au travail

L’hypersensibilité désigne un trait de caractère qui s'exprime à travers une sensibilité singulière et une intensité émotionnelle.

Sensorialité forte : un ou plusieurs sens sont très développés et fonctionnent comme des antennes par lesquelles la personne reçoit beaucoup d’informations, ressentent fortement la lumière vive ou les bruits stridents.

L’intensité émotionnelle est plus forte que chez les autres, ce qui nécessite un travail personnel afin d’accueillir ces émotions pour entendre ce qu’elles ont à nous dire. Ces fortes émotions peuvent altérer la conscience de soi, créer des doutes, jusqu’à couper la personne de ses émotions pour ne plus être submergée.

Une forte empathie amène les hypersensibles à se tourner vers les autres et a (trop) souvent se mettre à leur place, cette qualité étant un cadeau fardeau avec la difficulté de mettre des limites.

Des pensées en ébullition qui ne sont pas toujours concrètes, l’hypersensible peut avoir du mal à ordonner ses pensées et s’ancrer dans la réalité. Il réfléchit beaucoup, doute de lui et ses cogitations peuvent l’accaparer, l’empêchant de passer à l’action.

Le sens du détail, de l’harmonie, du beau, l’hypersensible est perfectionniste, il n’aime pas le conflit et n’est jamais satisfait.

La créativité qui est un potentiel à développer pour l’hypersensible qui pense en dehors des schémas habituels.


Les clés pour se sentir bien ?


Les valeurs des hypersensibles sont fortes, on retrouve la bienveillance, le justice, l’authenticité, et souvent des valeurs universelles. Ils se sentent souvent en décalage avec celles du monde du travail, n'ont pas le sens politique et n’adhèrent pas aux small talk.

Pour eux, la motivation est le ressort de l’action, elle est liée au sens qu’ils lui donnent avec le besoin de « se sentir utile ».

Afin de trouver du bien-être, leur relation au travail est à questionner pour éviter l’épuisement.

Perfectionnistes, exigeants, résilients et sur adaptés, leur besoin de reconnaissance en font de bons candidats au burn out.

Ils doivent apprendre à s’écouter, se connecter à leur corps pour mieux sentir leurs limites.

Après une journée de travail passée dans un environnement d’hyperstimulation (beaucoup de bruit ou de lumière), ils peuvent se réserver des sas de décompression pour vider leur réservoir émotionnel.

Apprendre à sentir leurs besoins physiologiques pour mieux les respecter va les aider à nourrir une estime de soi souvent une fragilisée. Leurs ressourcements peuvent être le calme, la nature, l’art, l’écriture et tout ce qui leur offre une possibilité de s’exprimer au niveau corporel ou émotionnel.

Définir sa relation au travail est un chemin incontournable pour eux, quel métier je recherche, quel type de structure, de management, de valeur, de secteur d’activité. Cela passe par une bonne connaissance de soi, de ses talents, de ses aspirations.

Afin d'écrire cet article, j'ai écouté les webinaires de Fanny Marais et d'Aurelia Monaco, qui m'ont bien inspirée, je les en remercie.


33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout