Dépasser sa peur de l’échec

La peur de l’échec tout le monde la ressent à un moment de sa vie et c’est possible de la dépasser ! Nous vous expliquons comment dans l'article suivant.

 

L’origine de la peur de l’échec


Capucine sait qu’elle a besoin de changer quelque chose dans sa vie professionnelle et explore des plusieurs pistes: continuer dans sa voie ? Se réorienter?


Elle ne manque pas d’idée, elle en a même plein la tête, seulement elle se questionne pour savoir si l’une d’entre elles la fera vibrer à nouveau.


Capucine n’a jamais véritablement été confrontée à l’échec.


Un parcours sans embûches, elle a suivi le chemin de la réussite de l’élève modèle : prépa, grandes écoles, carrière… Mais cette routine sans sortie de route l’a lassée.


Elle souhaite prendre son courage à deux mains et s’engager dans un changement, à condition d’être sure de son choix.


Mais son questionnement ultime domine: comment être sûre de la bonne direction quand on se trouve à la croisée des chemins ? Elle a évolué dans un milieu qui valorise la réussite et la sécurité, alors là, forcément, elle est tétanisée.

Nous ne sommes pas habitués à penser comme cela.


Notre culture qui rejette l’erreur et survalorise la performance. Nous sommes évalués constamment, depuis la maternelle jusqu’à notre entretien annuel, cela influence notre perception des choses.


Comment dépasser cette peur ?


Or, on ne peut pas savoir à l’avance si un projet va réussir ou échouer. Si vous prenez la décision de changer de job, vous devez accepter de prendre un risque aussi infime soit-il. Cela fait partie du processus de changement.


Si vous avez besoin de sécurité, demandez vous comment vous allez nourrir ce besoin et quel type de sécurité vous recherchez : des économies, un retour en arrière possible, le soutien de votre famille, peu d’investissement pour créer votre activité …

Faire la place à l’incertitude


Il faut que vous preniez conscience que les choses ne se passeront pas forcément comme vous le voulez, mais que rien n’est vraiment définitif. Si vous suivez votre idée, elle vous amènera forcément quelque part, pas nécessairement où vous le souhaitiez et ça vaut la peine d’avancer. Si votre nouvelle situation ne vous convient pas, vous pourrez toujours en changer.


Autorisez-vous à vous donner les moyens d’y croire, que votre projet peut vous épanouir. Vous pouvez réellement trouver l’alignement que vous recherchez.


Avez-vous atteint le stade où la peur de se planter est moins intense que l’envie de ne rien changer ? Si c’est le cas je vous invite à prendre rdv avec nous pour discuter de vos projets.




1 vue0 commentaire