Comment être sur(e) de de faire le bon choix quand on est en reconversion ?

Dernière mise à jour : 15 juin

Vous recherchez le métier qui vous fera vibrer à nouveau. Vous recherchez l’idée miraculeuse sans jamais trouver celle qui cochera toutes les cases.

On vous donne des conseils avisés dans cet article

 

Comment faire le bon choix quand tout est possible ?


Et bien c’est impossible ! c’est impossible d’être sûr.e que c’est la meilleure voie pour vous , au moment où vous l’empruntez car seul l’avenir vous le dira et ça n’est qu’en vous engageant que vous pourrez répondre à certaines de vos questions . Il n’y a pas le bon choix et le mauvais, il y a celui qui répond à vos attentes à ce moment de votre vie, compte tenu de la situation dans laquelle vous êtes. Le meilleur choix, c’est celui-ci, celui que vous avez fait et qui vous fera avancer à l’étape suivante.


Ne pas choisir, c’est risquer de ne jamais agir


Dans la majorité des cas, le pire est de ne pas choisir, car c’est prendre le risque de ne jamais agir.


Nombreux sont ceux qui se résignent et n’agissent jamais. Ceux-là se persuadent qu’il faut attendre le bon moment.


Comme les conditions idéales ne sont jamais réunies, ils passent leur vie à attendre, espérant que la vie choisisse pour eux. Songez à tout le stress lié aux hésitations, que vous pourriez éviter.


Ne pas choisir, c’est risquer de perdre sa confiance en soi


L’autre gros inconvénient à l’indécision est qu’elle vous fait perdre confiance, l’avez-vous remarqué ?


Plus vous doutez et… plus vous doutez.

Le temps peut être votre pire saboteur et il est parfois urgent de décider, pour cesser de douter.


Dédramatiser le risque de vous tromper, vous n’êtes pas face à une énorme montagne mais au début d’un nouveau chemin à emprunter.


Se mettre en mouvement suffit souvent pour reprendre confiance car quand on est dans l’action, on reprend confiance

Ne pas choisir, c’est mal évaluer les risques


L’indécision est souvent liée à une mauvaise perception du risque.


L’impact que nous redoutons est bien souvent amplifié par rapport à l’impact réel dans nos vies.


La peur est là pour nous informer d’un danger. Il y a de vraies raisons de prendre son temps face à une décision importante. Mais face à la peur, l’imagination s’emballe et nous trouvons de plus en plus de raisons d’hésiter. Nous créons alors nos peurs à coup de « et si … » et nous finissons par mélanger les raisons valables d’hésiter et les fausses raisons échafaudées par notre esprit.


Bien souvent, c’est la perception que nous avons d’une situation qui nous amène à la trouver encourageante ou au contraire menaçante.


Comment avancer ?


Revenez à vous et vos besoins

Demandez-vous « qu’est-ce que j’attends de ce projet ? ».

Regardez votre quotidien, tracez vos priorités et projetez-vous dans l’avenir, imaginez celui qui répondra le plus à vos besoins.


Commencez petit,

Commencer petit, par des petites actions réversibles, qui vous permettront de tester des actions, à petite échelle. Emprunter une nouvelle voie ne passera pas par un changement radical dans votre vie, il se fera pas à pas, jour après jour.

Avancez, vous pourrez toujours revenir en arrière et rebondir autrement si vous vous rendez compte que cela ne vous convient pas.

Souvent, nous surestimons les conséquences de nos choix.

La bonne nouvelle c’est que la plupart du temps, ils sont réversibles.


Faites la place à l’essai,

Acceptez l’erreur, l’imperfection, si vous voulez démarrer un projet, vous aurez besoin de passer à l’action, avec ce que vous avez aujourd’hui. Lancez-vous, c’est l’action qui vous fera progresser. Mieux vaut une première initiative imparfaite que de mettre des mois pour atteindre l’imperfection.


Allez à la rencontre des autres

Parlez de votre projet, créez les bonnes actions, entourez-vous, le changement est une question d’énergie, d’inspiration et de rencontres.


C’est en vous mettant en mouvement que vous créez les bonnes conditions, vous ferez les bonnes rencontres et saisirez les bonnes opportunités.







1 vue0 commentaire